Euro 2016 (F) : Ailière, secteur central, 6m


Le duel que nous allons analyser est le premier des deux duels.


Configuration de la situation initiale :

La circulation de balle démarre classiquement. Le ballon fait un tour, et quand il revient à gauche, l’ailière le reçoit vers l’intérieur du terrain sur une accélération (= « temps fort », mise de rythme dans la circulation du ballon).

Simulations mentales de l’évolution de la situation :
Qui est la tireuse potentielle ?
Quand une ailière transmet le ballon à une arrière sur un temps fort, le tir se fait en général deux ou trois passes après, plutôt d’un poste éloigné de celui qui a déclenché l’accélération.
=> Ici, on s’attendrait donc à ce que ce soit l’arrière droite ou l’ailière droite qui termine l’action. Cependant, il est trop tôt pour identifier plus précisément qui pourra arriver dans la situation de tir la plus favorable, donc on continue d’analyser ce qui se passe.

Evolution de la situation :
Toutes les joueuses, gardienne de but comprise, sont focalisées sur le ballon. Tandis que la balle est arrivée à l’arrière, la défenseur n°3 droite monte légèrement sur la demi-centre pour dissuader la passe arrière-gauche/demi-centre. L’arrière gauche poursuit sa course entre les 2 défenseurs n°3. La pivot pose un bloc sur la défenseur n°2 gauche, qui permet à l’ailière de continuer sa course et vers l’intérieur du terrain et de passer devant le défenseur n°2 gauche bloqué.

Nouvelle simulation mentale pour évaluer l’évolution de la situation :
Qui est la tireuse potentielle ?
Compte-tenu des positions occupées par chacune, et les espaces laissés ouverts, on peut imaginer que l’arrière gauche va ou bien transmettre le ballon à la pivot, ou bien le transmettre à l’ailière qui arrive en course.
=> Puisque l’ailière est lancée, les probabilités sont beaucoup plus élevées pour que la tireuse soit l’ailière.

Simulation mentale pour identifier la partie du but recherchée par la tireuse :
La balle arrive à l’ailière, donc on a confirmation que ce sera elle qui ira au tir.
Elle arrive au centre de la défense, à grande vitesse, sans être gênée par les défenseurs. Prise par son élan, elle saute dans la même direction que sa course, c’est-à-dire vers le 2ème poteau, pour contourner la gardienne de but.
=> Lorsqu’une tireuse cherche à contourner la gardienne de but, il est très probable qu’elle tire du côté où elle la contourne. Ici, c’est confirmé par l’orientation de son bras de tir qui se dirige lui aussi du côté de l’impulsion (0mn24).

Décision de la gardienne de but :
La gardienne de but est surprise par le caractère inhabituel de cette situation. Aussi, elle identifie la tireuse très tardivement et ne peut pas élaborer une tactique de duel, ni suivre l’ailière pendant sa suspension. Prise de cours, elle ne peut donc que subir le tir une fois que le ballon a quitté la main de la tireuse, ou choisir au hasard un côté d’intervention en espérant que la parade soit faite du bon côté, dans le bon timing, et pas en retard. Ici, on voit qu’elle part à gauche alors que le tir est à droite. Elle a donc choisi d’agir par hasard.

 

Perspective pour l’entraînement des jeunes :
Cette action nous montre tout l’intérêt de savoir défocaliser son attention visuelle, pour réussir à identifier différents dangers au cours d’une circulation de balle. Plus clairement, si un gardien de but veut pouvoir élaborer une tactique efficace et mener son duel avec le tireur sans être surpris, il faut qu’il puisse, au préalable, identifier le tireur potentiel pendant la circulation de balle. Cela suppose donc d’être capable de regarder autre chose que le ballon pendant la circulation de balle, et de simuler mentalement l’évolution que la situation peut avoir en fonction de ce qui se passe.

Ceci peut se travailler très simplement à l’entraînement, sans mettre en place d’exercices spécifiques. Il suffit juste de demander au gardien de but de dire, pendant la circulation du ballon, qui il estime être le joueur le plus dangereux. Au début, il ne s’exprimera que quand le porteur de balle commencera à sauter pour aller au tir, mais au fur et à mesure, il le dira de plus en plus tôt : au début de la course du porteur de balle/tireur, un peu avant la réception de balle du futur porteur de balle/tireur, voire une ou deux passes plus tôt en fonction du repérage des positions occupées par les joueurs. Le fait que le gardien de but sache annoncer les entrées de joueur en 2ème pivot marque aussi une étape dans l’apprentissage de décentration du regard (du ballon vers d’autres éléments du jeu), et du développement de la vision périphérique et non plus exclusivement centrale.

Partager ce contenuShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page
%d blogueurs aiment cette page :