Intersaison : que faire ?

1 à 3 mois de pause peuvent séparer une fin de saison du début de la suivante. Cet intersaison est un piège pour les capacités et qualités physiques durement acquises et stabilisées pendant la saison entière. En arrêtant toute activité pendant cette longue trêve, on s’expose à ce que leur réappropriation soit plus longue et plus coûteuse ; d’où l’intérêt d’entretenir et de maintenir ce qui est le plus difficile à se réapproprier si l’on s’arrête. La condition physique ? Oui, en intégrant la psychomotricité.

 

1) Entretenir sa souplesse
             Notion purement physiologique, avec des étirements actifs et passifs, menés avec soin, sans exposer sa santé à des risques. « L’étirement permet de prévenir les lésions musculaires, améliore la récupération, et entretient notre souplesse donc également l’amplitude de notre foulée. Il augmente également notre perception corporelle. Mais les étirements sont souvent mal faits et ils sont alors inutiles voire, à l’inverse de l’effet recherché, avoir pour conséquence des microlésions ou des contractions de défense opposées au relâchement souhaité. » Vous trouverez sur les sites suivants (spécialisés vélo/course à pied), des conseils pour effectuer de nombreux étirements actifs et passifs :
Selon vos pathologies éventuelles, demandez conseil à un médecin du sport.

 

2) Entretenir sa musculature

            Afin de limiter certains troubles musculo-squelettiques fréquents pour le gardien de but (épaules et coudes, dos, bassin,…) il est important de conserver une musculature suffisante pendant l’intersaison pour entamer sereinement la nouvelle saison. Des exercices particuliers de renforcements musculaires y sont propices, renseignez-vous auprès d’un préparateur physique ou d’un médecin du sport.

 

3) Rester dynamique pour faciliter la réaction

       La notion de réactivité relève du domaine de la psychomotricité. On peut la rattacher à l’action des membres inférieurs, ou supérieurs en tant que réponse à un stimulus externe (vision ou bruit essentiellement). Avec la lecture des trajectoires de tir, elle est ce qui faiblit le plus rapidement pendant l’intersaison si on ne l’entretient pas, et qui est le plus long à être réapproprié. Afin de l’entretenir, il est nécessaire de conserver ses capacités d’explosivité, de dynamisme de manière générale, pendant l’inter-saison. Les coûts, temporels et énergétiques, nécessaires à une éventuelle réappropriation de cette capacité psychomotrice seront par conséquent moindre en début de saison.
     La vidéo à suivre expose plusieurs exercices permettant de conserver ce dynamisme, cette explosivité, nécessaires à la capacité à réagir (qualité son/image très moyenne).

 

Partager ce contenuShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :